Translation:Craft shield light txt/fr

From UFO:AI

Spécifications techniques : Armure Polymère

NIVEAU DE CONFIDENTIALITE NOIR

Unité de réaction extraterrestre PHALANX

Document Technique, Autorisation Sigma -- destiné au Commandant uniquement

Classé le : 19 Mars 2084

Auteur : Cdt Paul Navarre, R&D: Division Ingénierie, PHALANX, Commandement des Opérations Atlantique




Considérations générales

Dans nos efforts incessants portés sur le Programme Excalibur, nous avons exploré les meilleurs composants Terrestres afin d'en équiper nos appareils pour assurer leur survie contre les assauts aliens. Comme toujours, seul le meilleur équipement a été retenu pour la défense de notre planète.

Un point important à prendre en compte, lors de la conception d'un appareil, est qu'il est plus facile d'éviter des dommages que de les encaisser et de continuer à voler. Les objets lourds n'appartiennent pas vraiment au ciel : les avions, les montgolfières et même les oiseaux nécessitent un apport constant d'énergie pour rester en l'air. Si la source de cette énergie est endommagée en vol, l'écrasement est inévitable. PHALANX n'utilise que des appareils à plusieurs réacteurs ; et même s'il est possible de les faire atterrir avec un seul d'entre eux, la perte d'un moteur en combat diminue considérablement les capacités de l'appareil. Après une telle perte de vitesse et de puissance de manoeuvre, il serait suicidaire de continuer l'affrontement.

Renforcer la coque d'un appareil l'alourdi, mais c'est une solution efficace lui permettant de continuer le vol. Les systèmes critiques sont protégés des dégâts et l'appareil peut donc poursuivre un combat plus longtemps. Les dommages portés aux réservoirs de carburants ou à d'autres systèmes vitaux seront moins dramatiques, évitant peut-être la destruction immédiate de l'appareil.

Le polymère expansé utilisé pour les armures de nos appareils est l'un des matériaux les plus résistant de la planète. Il se déforme facilement sous la chaleur et la pression, par exemple lorsqu'il subit des dégâts physiques ou explosifs, répartissant les contraintes sur toute la surface de l'armure. Une fois l'énergie dissipée, la couche protectrice retrouve sa forme initiale ou presque, en fonction des dégâts infligés. Nous disposons dans nos ateliers des installations nécessaires à la réparation de plaques trop endommagées.

L'inconvénient de cette protection est que son poids ralentit l'appareil et diminue significativement son rayon d'action. Si cela n'est pas réellement handicapant pour les interventions rapides à courte portée, cela peut le devenir si des OVNI sont détectés loin de l'une de nos bases.

Installer cette amélioration sur un appareil utilisera la totalité de son espace modulaire réservé aux protections.


Doctrine recommandée

Il est recommandé de n'utiliser cette protection additionnelle que sur les appareils destinés aux interceptions rapides à courte portée. Son installation pour des interceptions à longue portée est laissée à la discrétion du Commandant, mais limiter le rayon d'action de cette façon peut s'avérer dangereux, étant donné que plusieurs heures de travail sont nécessaires pour retirer l'armure une fois installée. Durant toute cette période, l'intercepteur devra rester dans son hangar et ne pourra décoller. Tout réarmement ou réapprovisionnement devra attendre que les opérations d'installation ou de retrait soient terminées. Par sécurité, nos techniciens ne peuvent pas travailler à poximité de munitions ou de carburant.

Un décollage d'urgence alors que l'armure est à moitié en place est possible mais non-recommandé. L'appareil serait mal équilibré et pourrait s'écraser à cause d'un comportement inhabituel. Il ne sera pas capable de participer à un combat, étant donné que toute l'électronique de visée est déconnectée pendant la durée du cycle de maintenance, et qu'elle est trop longue à redémarrer en situation d'urgence.


Addenda

Aucun.




Liens