Translation:B powerplant txt/fr

From UFO:AI
Jump to: navigation, search

Projet d'Aménagement : Générateur électrique

NIVEAU DE CONFIDENTIALITE NOIR

Unité de réaction extraterrestre PHALANX

Synthèse de Construction, Autorisation Sigma – destiné au Commandant uniquement

Classé le : 16 Mars 2084

Auteur : Cdt Paul Navarre, R&D: Division Ingénierie, PHALANX, Commandement des Opérations Atlantique




Considérations générales

Powerplant.png

Depuis sa création en 1955, PHALANX a toujours eu des difficultés pour disposer de l'énergie répondant à ses besoins. Les anciennes bases étaient obligées d’importer de l’électricité à partir d’installations importantes et non rayonnantes (comme les barrages hydroélectriques), à travers plusieurs kilomètres de câbles. A l’origine, les bases étaient totalement dépendantes de ces sources extérieures, et se retrouvaient paralysées en cas de problème d’acheminement. Il a fallu attendre la révolution nucléaire russe pour pouvoir accéder à une complète autonomie électrique, nous sommes même capables de fournir suffisamment d’électricité pour nos programmes de recherche sur les hautes énergies.

Le générateur que nous avons choisi est le modèle allemand RFHE (Réacteur à Fission Hautement Énergétique), qui propose une conception d'amplification de l'énergie très performante. C'est un réacteur sous-critique, c'est à dire que la fission ne suffit pas à provoquer une réaction en chaîne. Nous utilisons pour cela un apport d’énergie externe à base de neutrons (grâce à un accélérateur de particules) pour déclencher la réaction. Cette méthode génère suffisamment d'énergie pour enclencher le fonctionnement de l'accélérateur, ainsi qu'un surplus électrique qui est utilisé pour alimenter le reste de la base.

Le RFHE utilise du thorium plutôt que de l'uranium, et la majeure partie de ses déchets perd ses propriétés radioactives en 500 ans. La demi-vie des isotopes les plus utilisés pour les armes nucléaires et les anciens réacteurs est de 24 110 ans pour le plutonium (Pu-239), et 700 millions d'années pour l'uranium (U-235). Les déchets à courte vie sont gérés facilement par l'unité de traitement du combustible épuisé, incluse à l'installation. Après un cycle de traitement complet, les déchets du réacteur RFHE ne vont nécessiter que quelques semaines pour voir leur radioactivité baisser à un niveau inoffensif pour l'être humain.

Dans la version que nous avons élaborée, le cœur de réacteur et tous les appareils nécessaires à son fonctionnement sont enterrés très profondément sous la base dans une enceinte spéciale. Seuls les réservoirs de refroidissement et les accès de maintenance sont au niveau de la base, et nous pouvons nous protéger du très faible risque de dysfonctionnement du système de refroidissement qui pourrait provoquer l'emballement d’une réaction en chaîne.

Je dois admettre que j'ai recopié mot pour mot la moitié des caractéristiques techniques des divers rapports que j'ai lus, la physique atomique étant un domaine trop pointu pour moi, mais je sais ce que veulent dire les statistiques. La puissance délivrée par une de ces centrales est suffisante pour alimenter les besoins d'une base standard. Si une base est équipée de plusieurs aménagements très consommateurs en énergie, comme des laboratoires, un deuxième générateur sera éventuellement nécessaire. Il faudra alors améliorer les défenses et la sécurité de la base pour les protéger correctement. Par ailleurs, nous pouvons stocker facilement et sans risque, suffisamment de combustible pour faire fonctionner continûment le générateur électrique pendant une dizaine d'années. Une enceinte de stockage sécurisée est installée avec chaque réacteur, et le combustible peut être renouvelé si nécessaire.


Doctrine recommandée

Toute base nécessite au moins un générateur électrique pour fonctionner. Sans lui, de nombreux aménagements, comme le Centre de Commandement, deviennent inutiles. Des bases dont la consommation est exceptionnelle peuvent avoir besoin de deux générateurs, voire plus, pour que tout leur équipement fonctionne dans des conditions optimales.

L'organisation de la défense de la base devrait inclure une protection particulière pour la centrale énergétique. Des dégâts sur les réservoirs de refroidissements pourraient s'avérer désastreux : l'emballement d’une réaction en chaîne serait difficile à éviter si nous perdions trop de liquide de refroidissement. Nous pouvons envisager d'arrêter le générateur en prévision d'une attaque, mais il sera alors très long à redémarrer. Pendant tout ce temps, nous ne pourrons utiliser tous les équipements très consommateurs en énergie, comme les radars, les équipements de laboratoire, ou même les ascenseurs des hangars.


Addenda

Aucun.